Compétences intrapersonnelles – Les Soft skills

Tout d’abord, il est nécessaire de faire la différence entre les deux termes « Interpersonnel » et « Intrapersonnel ».

L’interpersonnel implique au moins deux personnes alors que l’intrapersonnel se produit à l’intérieur de soi.

Habituellement ces deux notions sont utilisées en communication.

Si on les transpose en compétences on peut considérer qu’en intrapersonnel il s’agit de compétences intrinsèques que l’on a en soi un peu comme des compétences comportementales ou sociales.

Cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas les développer si ce n’est pas le cas.

Donc quand on parle de compétences intrapersonnelles, il s’agit d’aptitude que l’on a en soi.

C’est un savoir être qui nous renvoie à notre cadre de référence.

On parlera même d’intelligence intrapersonnelle qui chez une personne est une aptitude à faire son introspection émotionnelle pour comprendre ses propres comportements.

Ces personnes connaissent leurs limites, leurs forces et comment elles expriment leurs sentiments selon une situation, un contexte et leurs interlocuteurs.

Elles ont donc des facilités pou développer des compétences intrapersonnelles.

Ce qui conforte leur estime de soi car elles connaissent très bien leurs valeurs morales mais également leur valeur intrinsèque.

Leur estime de soi est une forteresse bien gardée. C’est ce qui les amène à avoir une certaine confiance en elle et la capacité à s’affirmer avec sérénité et sang-froid.

D’où leur aptitude à maitriser ce qu’elles font en interaction avec les autres.

En intrapersonnel on s’applique ces compétences alors qu’en interpersonnel on les applique aux autres.

 

Compétences intrapersonnelles

Dans ce type de compétences on retrouvera tout ce qui correspond à la gestion du stress, à la gestion du temps, à l’organisation, à être collaboratif, à la persévérance, à la confiance en soi, à l’affirmation de soi, à un comportement positif, à être assertif, éthique, motivé et ouvert.

  • Gestion du stress
  • Gestion des priorités
  • Gestion du temps
  • Organisation
  • Collaboratif
  • Persévèrent
  • Confiance en soi
  • Affirmation de soi
  • Attitude positive
  • Assertif
  • Motivé
  • Ouvert
  • Ethique

Gestion du stress

La gestion du stress est une capacité à gérer une situation stressante en préservant un certain niveau de maitrise de ses émotions.

Les moyens pour y parvenir sont nombreux comme la pratique d’une activité physique ou la méditation par exemple.

En compétence intrapersonnelle il s’agit d’avoir la capacité à faire face à des circonstances défavorables en mieux maitrisant ses émotions.

En communication interpersonnelle on parlera plus de canal de communication.

Les personnes dotées de cette compétence arrivent plus facilement à maintenir leur bien-être physique et psychique et psychologique.

Elles ont cette aptitude à prendre de la hauteur et du recul face aux événements pour en atténuer les facteurs anxiogènes.

Non pas qu’elles les ignorent mais au contraire elles cherchent à les maitriser plutôt qu’à les subir.

Gestion des priorités

A ne pas confondre avec la gestion du temps.

La gestion des priorités est une capacité à trier ce qui est urgent, non urgent, important et non important pour faire référence à la matrice d’Eisenhower.

Ce qui participe à une meilleure gestion de son stress et permet d’être plus serein.

C’est une manière d’atténuer ses contraintes et d’augmenter sa zone de contrôle et d’influence.

C’est une compétence qui fait appel à une bonne analyse des situations et comment on y est positionné.

Gestion du temps

Sensiblement identique à la gestion des priorités, la gestion du temps à une différence notable qui consiste à savoir planifier.

Car une fois les priorités identifiées et triées. Il est nécessaire de les organiser. Planifier c’est aussi évaluer la durée d’une tâche en fonction de ses moyens et de ses propres ressources disponibles.

C’est une façon de gérer son énergie en présence pour être le plus efficient possible.

Aujourd’hui avec les nouvelles technologies  on a cette possibilité de mieux gérer son temps grâce à de nombreux outils mais surtout en ayant des activités de plus en plus asynchrones.

Organisation

Cette compétence englobe les deux précédentes car elle consiste à voir comment tout s’articule l’ensemble avec de l’anticipation.

L’organisation demande une préparation mentale pour visualiser les choses avant de se mettre en action. Elle implique de formaliser ce qui est pensé.

Elle se fait à travers différentes méthodes en fonction des besoins et de notre profil.

Elle a un effet structurant et contribue à la baisse de notre stress en soulageant notre esprit de ce qui doit être pensé et fait.

Une fois les choses posées on a l’esprit plus libre pour gérer les imprévus. On augmente ainsi notre capacité d’action et de réaction.

Collaboratif

Cette compétence favorise notre capacité à travailler en équipe avec une communication intrapersonnelle très développée.

A partir du moment où on connait nos forces et nos faiblesses, là aussi on sait plus facilement quand on peut dire oui ou non aux autres.

On gagne du temps et de l’efficacité sans générer de frustration ou de l’insatisfaction chez les autres.

Evidemment, avoir un état d’esprit collaboratif se travaille et se développe avec le temps.

Car même si on a une grande autonomie dans ce que l’on fait on est toujours amené à avoir des interactions avec les autres.

Persévèrent

Sans en avoir l’air la persévérance est une compétence intrapersonnelle. Elle renvoie à la résilience qui fait aboutir nos projets.

En interaction avec les autres c’est une compétence appréciable. Le fait de produire des résultats aura un effet bénéfique sur notre motivation et notre satisfaction personnelle.

Elle rejoint également la notion d’effort. Je dis bien effort et non souffrance. Car oui on peut produire un effort sans pour autant souffrir et même en obtenant du plaisir.

C’est une capacité à s’adapter aux différentes situations et épreuves que l’on rencontre sur son chemin.

C’est notamment la capacité de rebondir après un échec malgré les souffrances ou blessures vécues dans les expériences précédentes.

C’est faire face dans l’adversité. 

Confiance en soi

La confiance en soi est une compétence intrapersonnelle qui rejoint le savoir être. Elle s’appuie cependant sur la maitrise de compétences qui font que l’on maitrise notre sujet.

Ces compétences peuvent être multiples. Elles peuvent être techniques ou comportementales, c’est-à-dire transversales.

Attention, une confiance en soi affichée sans compétences c’est de l’égo. A ne pas confondre.

Si la compétence technique nous donne confiance dans un domaine, cette dernière peut disparaitre en dehors de son champ d’action et d’application.

En revanche une compétence comportementale est transversale à tout type de contexte et d’activité. En ce sens elle devient une compétence intrapersonnelle.

La confiance en soi est un réel moteur de motivation car on a plus de visibilité sur ce que l’on sait et peut faire. C’est plus facile pour visualiser un objectif.

Et comme on le sait, le fait de pouvoir visualiser son objectif et surtout le résultat attendu, amène la motivation.

C’est ce qui nous fait passer à l’action.

Affirmation de soi

L’affirmation de soi c’est avoir la capacité d’exprimer sa vision du monde ou ses idées sans renier celles des autres.

C’est afficher qui l’on est en exprimant ses émotions, ses opinions, ses valeurs, ses besoins et ses intérêts.

Bon ça c’est le principe. Après il faut le manier avec intelligence et sociabilité.

Il ne suffit pas de débarquer avec ses gros sabots n’importe où et avec n’importe qui au risque de créer une situation conflictuelle.

L’affirmation de soi passe par la communication verbale et non verbale.

Cela dit les formes d’affirmation de soi sont multiples et peuvent ne pas respecter obligatoirement le mode de fonctionnement des autres.

C’est donc une compétence intrapersonnelle à manier avec équilibre pour éviter de tomber dans le conflit avec les autres.

L’affirmation de soi est aussi une compétence sociale lorsqu’elle est maitrisée selon le contexte et ses interlocuteurs.

Attitude positive

Nous sommes ce que nous pensons. Avoir des pensées positives est un état d’esprit qui ne consiste pas à nier la réalité mais à voir des opportunités dans nos épreuves.

L’objectif étant d’affronter une épreuve pour en sortir. Pour ce faire il s’agit de trouver le fil sur lequel on pourra tirer jusqu’à la faire disparaitre.

En étant positif on garde une certaine lucidité et concentration sur la situation. C’est ce qui nous aide à trouver le fil.

Je ne dis pas que c’est facile mais l’inverse vous entraine forcément vers l’échec.

Être positif c’est voir le verre à moitié plein plutôt que vide. Car à partir de matière on peut reconstruire quelque chose.

Sans parler de l’impact positif que cela a sur notre psychisme.

Assertif

L’assertivité est un état d’esprit et un comportement qui se cultive. La pratiquer est une compétence intrapersonnelle.

Il est parfois plus facile de l’appliquer aux autres qu’à soi. Or ici, on est bien dans l’intrapersonnelle.

C’est-à-dire que l’on doit s’appliquer à soi même ce que l’on peut par ailleurs réserver aux autres.

L’assertivité participe à l’affirmation de soi avec sérénité. Elle consiste à entretenir des relations pondérées avec soi tout en restant objectif. C’est accepter ce qui ne nous convient pas forcément.

C’est une bienveillance relative car objective.

Elle crée un effet apaisant car elle développe notre lâcher prise.

Elle permet de faire évoluer nos visions sans conflits intérieurs.

Elle favorise la résolution de nos problèmes en faisant converger des intérêts qui n’étaient pas intuitifs au départ.

Un comportement assertif avec soi-même permet de ne pas culpabiliser.

On entretient l’analyse en restant sur des faits que l’on ne maitrise pas obligatoirement d’ailleurs.

Motivation

Entretenir la motivation intérieure n’est pas un exercice facile et implique un certain Mindset. C’est une façon d’être. C’est la recherche de faire ce qui nous plait.

La visualisation est une bonne méthode pour l’entretenir. Visualiser ses objectifs et surtout les bienfaits apportés par les résultats entretient la motivation.

D’où la nécessité de rester positif pour favoriser la motivation qui entraine un état de bien être positif. On a envie de faire des choses et de passer à l’action.

L’action produit des résultats et de la satisfaction.

La motivation intrinsèque donne du sens à ce que l’on réalise. Elle est source d’épanouissement. Sans parler de passion elle nous rapproche de la notion de plaisir et d’accomplissement.

Elle favorise notre création et notre autonomie.

Ouvert

Être ouvert c’est être à l’affût de tout ce qui peut nous améliorer notamment à travers l’acquisition de nouvelles connaissances.

C’est se confronter à de nouvelles idées à de nouvelles pratiques qui nous ouvrent des horizons intellectuels.

C’est développer les expériences de son cadre de référence. Elargir sa zone de contrôle et par conséquent sa zone d’influence.

C’est accueillir plus facilement les changements et mieux les maitriser plutôt que de les subir.

L’ouverture d’esprit est une réelle compétence intrapersonnelle transversale. C’est augmenter son champ de savoir être.

Par défaut, c’est faire confiance sans arrières pensées à autrui et à l’avenir. Les gens qui voyagent beaucoup comprendront aisément ce mode de raisonnement.

C’est se débarrasser d’un sentiment anxiogène qui consiste à se méfier de tout le monde et de tout.

C’est accueillir l’inconnue avec curiosité, réalisme et pragmatisme.

 

L’Ethique

Même si l’éthique fait référence aux jugements moraux il n’est pas question en termes de compétence intrapersonnelle d’être dans la comparaison.

Il est plutôt question de définir les piliers sur lesquels vont reposer nos valeurs et notre estime de soi.

C’est définir son cadre de valeur avec ses règles de fonctionnement.

Comme pour un terrain de sport il s’agit d’en dessiner les contours pour mieux identifier ses limites et responsabilités.

L’Ethique c’est le code de conduite que l’on décide d’adopter pour nos relations avec les autres.

Elle détermine ce que l’on est prêt à accepter ou pas.

 

En résumé

Les compétences intrapersonnelles sont effectivement de vraies compétences transversales.

Elles s’adaptent à n’importe quel environnement et milieu. Il n’est pas question ici de les opposer avec les compétences interpersonnelles car elles sont complémentaires.

Et encore moins avec les compétences techniques dites Hard skills.

En réalité c’est s’appliquer à soi-même ce que l’on pratique avec les autres.

Cultiver les compétences intrapersonnelles c’est se confronter à soi même.

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je suis Luc Levasseur et depuis 20 ans j'ai moi même appris et appliqué ces techniques dans le monde de l'entreprise. Avec les années, j'ai constaté qu'elles avaient contribué à mon propre développement personnel. Au début, je l'ai fait pour des raisons liées à mon travail mais avec l'expérience et la pratique je me suis aperçu que je les appliquais de manière naturelle même dans ma vie personnelle. Avec ces méthodes j'ai développé mon estime de soi, ma confiance en soi et j'ai appris à m'affirmer sereinement.

Voir tous les articles de →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :