Comment mieux communiquer avec les méthodes pédagogiques ?

En communication on évoque souvent les termes de « Communication interpersonnelle, « Prise de parole », « Communication verbale et non verbale » etc…

Alors pourquoi parler de méthodes pédagogiques en communication me direz-vous ? Quel rapport ?

Pour une raison simple, c’est que les méthodes pédagogiques permettent d’utiliser des techniques pour atteindre un objectif en fonction d’un sujet, d’un contexte et d’un public.

Que ce soit à titre professionnel ou personnel et quelque soit votre métier vous communiquez au quotidien avec les autres.

De manière consciente ou inconsciente vous pratiquez l’écoute, la communication verbale et non verbale.

Vous abordez différents types de sujets dans des contextes variés avec certainement des profils d’interlocuteurs variés.

C’est la même chose pour un formateur ou un enseignant. La seule différence avec vous c’est qu’il connait toutes ces méthodes et techniques.

Ce n’est pas un hasard si leur prise de parole est plus aisée lors d’une réunion ou en communication interpersonnelle.

On pourra même parler de déformation professionnelle pour eux. Car sans s’en rendre compte ils appliqueront leurs savoir-faire.

Comme en communication interpersonnelle ils s’appuieront sur le schéma de communication pour dialoguer, discuter et échanger avec les autres.

On est donc bien dans de la communication. On peut ainsi en déduire que les méthodes pédagogiques ont plusieurs vertus.

Elles sont adaptées  :

  • au contexte
  • au sujet
  • au public
  • à l’objectif

Il est évident que les formateurs et enseignants ont une pratique de la prise de parole plus que développée.

Alors pourquoi ne pas les apprendre même si on n’est pas formateur ou enseignant ?

Quelles sont les méthodes pédagogiques ?

Elles sont nombreuses et vous permettent d’adapter votre discours en fonction d’un sujet, d’un public et d’un environnement. Elles sont très puissantes car bien utilisées elles deviennent de réelles compétences relationnelles et sociales.

C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, les entreprises plébiscitent ce type de compétences au sein de leurs organisations.

Elles contribuent à arrondir les angles et favoriser le dialogue dans une énergie positive et constructive.

Et comme toutes les compétences si on peut les utiliser dans le cadre professionnel on peut tout à fait les utiliser dans le cadre personnel. Surtout s’il s’agit de compétences sociales.

Méthode interrogative

Cette méthode consiste à utiliser le questionnement pour animer la session de formation et amener l’apprenant à trouver la ou les réponses par l’utilisation de questions successives et déductives.

Cette méthode utilise les questions fermées ou ouvertes selon l’objectif pédagogique à atteindre mais surtout le temps imparti.

Les questions fermées, dîtes techniques de l’entonnoir, ont l’avantage d’orienter plus précisément l’interlocuteur.

L’inconvénient est qu’elles ne favorisent pas des réponses développées. En même temps ce n’est pas leurs objectifs.

Le fait de cadrer les réponses facilite la gestion du temps.

Les questions ouvertes quant à elles donnent la possibilité à l’interlocuteur de développer ses propos.

L’avantage est que les réponses peuvent être plus précises.

L’inconvénient est que l’interlocuteur peut s’écarter du sujet et du coup être hors sujet. L’autre inconvénient est que cette technique est plus difficile à maitriser en gestion du temps.

L’intervenant peut être amené à couper la parole pour ne pas se laisser déborder par quelqu’un de très loquace.

Cette approche convient aux personnes auditives, visuelles et kinesthésiques. Car elles leurs permet d’interagir avec le formateur en formulant des réponses qui ne sont pas obligatoirement juste.

Cela amène l’apprenant à trouver la bonne réponse au fur et à mesure par ses réponses successives.

Méthode expositive

Cette méthode est la plus répandue. Appelée également le cours magistral, elle consiste à présenter un sujet sans interaction.

L’avantage est qu’elle permet de transmettre beaucoup d’informations ou de connaissances.

Elle facilite la gestion du temps.

L’inconvénient est qu’elle ne crée pas justement d’interactivité avec l’auditoire. C’est pour cette raison qu’elle est souvent associée au QR (question/réponse) en fin de séance.

Cette méthode favorise les personnes visuelles et auditives qui utilisent ces deux sens pour enregistrer les informations et les connaissances.

A l’inverse des personnes kinesthésiques qui préfèrent mettre en pratique ce qu’elles apprennent.

Méthode démonstrative

Pour cette méthode, le formateur a pour objectif de faire faire à l’apprenant, étape par étape.

Le principe consiste à faire reproduire au stagiaire ce qui a été présenté par le formateur. Le stagiaire apprendra par l’expérimentation et la reformulation.

Le formateur corrige l’exercice du stagiaire pour augmenter son niveau de compréhension.

Cette méthode convient particulièrement aux personnes kinesthésiques. C’est-à-dire qui ont besoin de mettre en pratique ce qu’elles apprennent.

L’avantage de cette méthode est qu’elle favorise la mémorisation à long terme en créant des automatismes qui deviennent à leur tour reproductibles.

Méthode active

La méthode active consiste à créer une interaction entre le formateur et l’apprenant.

Le formateur utilise des supports pédagogiques pour amener l’apprenant à trouver la ou les solutions par les erreurs.

L’apprenant procède par essais successifs et utilise ses expériences précédentes pour trouver le résultat final.

Cette méthode favorise l’autonomie avec l’accompagnement du formateur. Cette méthode convient beaucoup plus aux personnes kinesthésiques qui ont besoin d’apprendre par les mises en situation.

 

Comment conjuguer plusieurs méthodes ?

Quand on aborde le sujet des méthodes pédagogiques on pourrait avoir l’impression qu’elles sont utilisées séparément les unes des autres alors qu’il n’en n’est rien.

Je dirai même que l’intérêt des ces méthodes est de les utiliser en alternance pour varier les approches et outils qui y sont associés.

Le stagiaire est confronté à plusieurs schémas d’apprentissage qui lui font successivement endosser le rôle d’apprenant passif à celui d’apprenant actif.

Ça lui permet d’expérimenter différentes approches cognitives et de développer son autonomie en termes d’apprentissage.

Un formateur peut utiliser une méthode expositive le matin pour transmettre des connaissances théoriques et appliquer une méthode active l’après-midi sous forme d’étude de cas ou jeux de rôle.

L’avantage de ce panachage pédagogique est de faciliter la concentration et surtout de favoriser l’implication du stagiaire dans son apprentissage en le rendant acteur dans la résolution des problèmes.

 

Comment les utiliser en communication interpersonnelle ou en groupe ?

Mais comment transposer des méthodes utilisées dans un cadre bien particulier qu’est une session de formation à une discussion en face à face ou en groupe.

Comme on l’a déjà vu une méthode pédagogique est utilisée pour créer de l’interaction ou pas.

Tout dépend du sujet, des interlocuteurs et du contexte.

En face to face

En face à face, si votre interlocuteur vous pose beaucoup de questions parce qu’il s’intéresse à ce que vous faites, vous allez être dans l’expositif voire démonstratif.

Si en revanche c’est vous qui vous intéressez à ce que fait votre interlocuteur vous allez utiliser la méthode interrogative en lui posant soit des questions ouvertes soit fermées. Et à son tour, il utilisera inconsciemment une méthode expositive ou démonstrative pour vous expliquer ce qu’il fait ou qu’elle est sa passion par exemple.

En groupe

En groupe c’est un peu plus compliqué car les échanges peuvent être plus décousus avec des interruptions des uns et des autres.

Cela dit, le principe reste le même. Si le groupe attend des réponses de votre part et vous écoute, vous utiliserez la méthode expositive et ou démonstrative. Et même la méthode interrogative s’il ne saisit pas bien ce que vous dites. A ce moment là vous allez lui poser des questions pour l’amener à comprendre le sujet dont vous parler.

Oui mais heu !

Vous allez me dire, « oui mais on le fait déjà naturellement ». Pas besoin de toutes ces méthodes pour discuter au restaurant ou en soirée chez quelqu’un.

Et ma réponse est toute simple. En êtes-vous sûr ? Effectivement, je pense que vous dialoguez naturellement. Mais est-ce que vous utilisez réellement le schéma de communication.

Pourquoi je vous dis ça ? Parce qu’il m’est souvent arrivé de constater que les gens discutent ensemble mais qu’en réalité ils sont en monologue. Chacun parle, mais personne n’est sur le même canal de communication.

Vous voyez ce que je veux dire ? En fait les gens s’entendent parler. Ils sont contents. Rentrent chez eux en se disant, super soirée j’ai bien discuté avec tout le monde ce soir.

Ça vous est déjà arrivé ? Bon on ne va pas en faire une thèse mais c’est juste pour souligner la différence entre les deux.

Dialoguer et faire ce que j’appelle des monologues croisés ce n’est pas la même chose. Vous êtes d’accord ?

D’où l’intérêt de maitriser ces techniques pour mieux se faire comprendre et créer plus facilement du lien avec les autres.

L’expérience

Evidemment, on ne maitrise pas du jour au lendemain ces techniques. C’est comme pour les techniques commerciales. Il est nécessaire de les pratiquer et de les tester surtout si vous n’êtes pas formateur.

L’Ecoute

J’insiste toujours sur ce point car en communication l’écoute c’est la clé. Il ne peut y avoir de communication sans écoute.

Ecouter c’est se rendre auditivement disponible pour de vrai.

Compétences sociales

Quand on parle de Soft skills il est question d’aptitudes et compétences sociales transversales à tout type d’activité, de contexte et de public.

Il suffit de lire la liste des compétences recherchées aujourd’hui dans le monde de l’entreprise pour faire le lien avec ce qu’apportent les différentes méthodes pédagogiques.

L’autonomie

La gestion du temps

La gestion du stress

La motivation

L’audace

La négociation

L’esprit critique

La flexibilité

La capacité d’adaptation

La résolution de problèmes complexes

La créativité

Le management

L’esprit d’équipe

L’intelligence émotionnelle

La prise de décision

 

Vous l’avez ?

Hé oui, on retrouve bien au moins 80% de ces compétences dans les méthodes pédagogiques.

Pourquoi ? Parce qu’il s’agit de « Savoir être ». Et que sont les méthodes pédagogiques si ce n’est avoir un comportement adapté en fonction de plusieurs facteurs que sont l’objectif à atteindre, les personnes à qui on s’adresse, les outils utilisés, et le contexte.

 

En résumé

S’il y a des outils et techniques qui permettent de trouver le canal de communication des autres ce sont bien les méthodes pédagogiques.

Il n’y a rien de plus agile et performant pour améliorer sa communication avec de l’expérience.

C’est une gymnastique qui s’apprend mais surtout qui s’applique. Comme un musicien qui apprend ses gammes, joue et avec de l’expérience est capable de faire de l’improvisation.

La communication c’est la même chose. Il est nécessaire d’apprendre les fondamentaux et de les pratiquer.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je suis Luc Levasseur et depuis 20 ans j'ai moi même appris et appliqué ces techniques dans le monde de l'entreprise. Avec les années, j'ai constaté qu'elles avaient contribué à mon propre développement personnel. Au début, je l'ai fait pour des raisons liées à mon travail mais avec l'expérience et la pratique je me suis aperçu que je les appliquais de manière naturelle même dans ma vie personnelle. Avec ces méthodes j'ai développé mon estime de soi, ma confiance en soi et j'ai appris à m'affirmer sereinement.

Voir tous les articles de →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :