Comment choisir sa vie ?

Cet article participe à l’évènement “Les choix de vie” du blog YGOCOACHING J’apprécie beaucoup ce blog, et en fait mon article préféré est celui-ci.

 

Avant-propos

Tout d’abord, il est important de se mettre d’accord sur l’idée des choix de vie. Qu’est ce que ça signifie exactement ?

Parle t-on de la vie personnelle ou professionnelle ?

Et bien en fait tout est lié puisque votre vie professionnelle aura un impact sur votre vie personnelle. Donc les choix que vous ferez vis-à-vis de votre activité professionnelle détermineront forcément ceux de votre vie personnelle. Tout dépendra de vos objectifs.

Mais peut-on vraiment parler de choix dans les deux cas ? On sait tous que l’on ne fait pas toujours ce que l’on veut mais ce que l’on peut. Alors comment décider et mettre en œuvre ce pourquoi on aimerait se lever le matin. Peut-on réellement vivre à travers son Ikigaï (vivre de sa passion)

Maslow nous dit que la pyramide des besoins nous dicte (par défaut) les choix que nous allons faire par étape tout au long de notre vie.

Son modèle est toujours valable puisqu’une majorité de gens régit sa vie selon ce concept. Cela dit comme je l’ai écrit dans un article aujourd’hui la société voit apparaitre de plus en plus de modèles de fonctionnement différents.

Comme l’histoire l’a déjà démontré, ces nouveaux systèmes que l’on peut qualifier d’alternatif sont tout simplement d’autres systèmes à part entière qui remplaceront les anciens systèmes pour une partie.

La question à se poser est donc de savoir si vous êtes dans un système que vous avez choisi et surtout de savoir s’il vous convient. A ce moment-là vous pourrez considérer que vous avez vraiment fait votre choix de vie avec un équilibre entre votre vie professionnelle et personnelle qui vous satisfait.

Dans le cas inverse il vous faudra réfléchir sur vos réelles aspirations et comment les mettre en œuvre.

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne quand j’entends des gens me dire vouloir changer de vie pour faire leurs choix les points qui reviennent tout le temps sont les suivants :

Le métier ou l’activité

Les horaires (cela ne signifie pas obligatoirement qu’ils veulent travailler moins mais différemment)

L’environnement (professionnel et personnel)

Choisir les gens avec qui travailler

Gérer son planning (ça rejoint les horaires)

Plus de liberté

Voyager (en travaillant éventuellement)

Argent (gagner plus ou moins selon les objectifs)

Équilibre familial

Moins de stress

S’accomplir

S’occuper d’eux et de leurs proches

Vivre l’instant présent (profiter de la vie).

Comme le dit Olivier Roland lorsqu’il a créé son entreprise en ligne, il ne voulait plus être au service de son entreprise mais que son entreprise soit à son service.

Choisir sa vie par défaut

Comme déjà évoqué, la majorité des gens fait des études trouve un travail et empreinte la voie tracée par Maslow. Et un certain nombre parmi ces gens est satisfait de sa vie.

Cela dit de nombreuses études et sondages mettent en évidence que les gens ne sont pas majoritairement épanouis dans leur travail.Celui publié sur HR Voices montre que « Seuls 8% des français sont heureux d’aller au travail tous les matins »

On peut en déduire que la grande majorité des salariés a choisi un emploi par défaut parce qu’il faut bien vivre. Peut-on alors parler de choix ?

Après tout, on connait tous dans notre entourage des gens qui s’épanouissent dans une activité en dehors de leur vie professionnelle en la pratiquant le soir ou le week-end. Quand c’est possible.

Les contraintes familiales et matériels sont là aussi pour rythmer la vie et quelque part c’est une forme d’équilibre.

En développement personnel on parle bien des habitudes comme étant des facteurs structurants positifs.

Pourquoi cela ne serait pas applicable et valable pour une vie que l’on n’a pas forcément choisie mais qui procure une stabilité au quotidien et toute l’année d’ailleurs.

La différence c’est qu’en développement personnel les habitudes sont mises en place pour atteindre des objectifs choisis et non pour répondre à des cadences imposées par une vie non choisie.

Dans cette vidéo, Ariane explique comment la vie qu’elle avait l’a mené à faire un burn-out et comment dorénavant elle a décidé de choisir sa vie.

 

La thérapie du non : le changement de vie d’Anne, ex rédactrice en chef d’un magazine féminin

 

Quel style de vie ?

En anglais cette expression se dit « A Way Of Life ». Elle correspond à un réel choix de vie. C’est adopter un mode de vie en fonction de vos aspirations profondes que ce soit à travers votre vie professionnelle et personnelle.

Ça rejoint le principe de l’Ikigaï japonais si ce n’est que ce dernier fusionne complètement les deux aspects professionnelle et personnelle. C’est-à-dire vivre de sa passion. A partir de là la frontière entre ce que vous aimez faire et ce qui vous fait vivre n’existe plus.

Évidemment, pour trouver son Ikigaî, il faut avoir une passion ou du moins une compétence qui vous permet d’exercer une activité viable qui vous motive assez pour vous lever tous les matins.

Quand on parcourt le sujet à travers des articles, des livres ou des documentaires il y a souvent deux facteurs qui reviennent. Celui de l’épanouissement et de l’équilibre entre l’activité professionnelle et la vie personnelle. C’est surtout la maitrise du curseur entre les deux que les gens recherchent.

Les intéressés nous disent qu’ils aimeraient s’épanouir davantage en travaillant et avoir une meilleure maitrise sur les rythmes de travail pour mieux gérer l’équilibre entre vie pro et perso.

On s’aperçoit que certains n’hésitent pas à changer radicalement de vie voir à tout vendre pour recommencer une vie ailleurs.

Ce qu’ils cherchent en fait c’est un style de vie qui leur correspond pour être en accord avec eux-mêmes.

Il n’est pas question d’épater les autres ou de s’éloigner des gens par manque d’affection mais tout simplement de se réaliser.

 

 

Choisir sa vie

En choisissant sa vie on agit plus sur sa zone d’influence en délaissant la zone des préoccupations sur laquelle on n’a que très peu d’emprise.

Cela passe par des sacrifices et une remise en cause totale de sa perception des choses.

En revanche choisir sa vie permet de s’organiser en choisissant ses rythmes de travail selon ses propres objectifs. Cela donne aussi la possibilité d’avoir plus de revenus contrairement à ce que l’on pense.

Il est évident que le fait de choisir sa vie n’élimine pas les contraintes. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de préparer son changement de vie.

Cela implique de se former pour acquérir de nouvelles compétences nécessaires au changement d’activité qui va en découler. L’aspect financier reste important et il faut bien préparer son projet avant de passer à l’action.

Dans ces témoignages il s’agit de gens qui ont décidé de prendre en main leur vie pour vivre leurs rêves et s’accomplir pleinement. Partir vers l’inconnue et sortir de sa zone de confort n’est pas toujours facile mais ils l’ont fait par choix.

Génération Expat : Ils ont osé l’aventure

14 expatriés Français nous racontent comment ils ont tout quitté pour vivre leur rêve à l’autre bout du monde.

Il y a ceux qui sont partis créer une entreprise ou comme salarié tout simplement. Ils ont choisi l’expatriation du Brésil au Pérou, de la Colombie au Canada, de Singapour à l’Inde, de la Thaïlande à la Malaisie jusqu’à la Nouvelle Zélande. Ils partagent leurs histoires et nous expliquent comment ils ont du s’adapter dans leur nouvelle vie en perdant tous leurs repères.

 

“On est allés jusqu’en Inde à moto depuis paris, on n’était pas prêt ! voyage de 20 000km !”

Morgan et Maxime nous présentent leur projet de faire 20 000 km en moto pour aller de France jusqu’en Inde. Ils vont traverser deux continents et une vingtaine de pays avec leurs lots de rencontres et d’aventures.

 

Poussé par le Vent // Tour du monde en voilier pour la Glisse

Sarah Hébert et Aurélien Le Métayer sont des windsurfers professionnels. Ils ont décidé de faire un tour du monde en voilier à la découverte des spots de glisse. Leur objectif étant de pratiquer la glisse sur les plus beaux spots tout au long de leur parcours.

Durant leur Odyssée ils auront deux enfants.

 

Depuis quelques années il est apparu de nouveaux métiers qui sont de véritables choix de vie. Travailler en voyageant. C’est ce que l’on appelle les « Digital Nomad ». Ils travaillent sur le web et bénéficient d’une grande liberté de mouvement. Ils sont souvent à leur compte.

“Comment je fais pour voyager 6 mois par an “- Olivier Roland

Dans cette vidéo Olivier Roland nous explique comment il peut voyager 6 mois par an avec son entreprise en ligne.

 

Parmi les Digital Nomad il y a ceux qui vivent tout le temps à l’étranger et ceux qui vivent en France et partent en voyage régulièrement. Il n’y a pas de règles. Le seul point commun étant la liberté de mouvement grâce à leur activité.

 

En résumé

Quand on parle de choix de vie on y associe la notion d’accomplissement et d’épanouissement. On est beaucoup plus motivé car ce sont nos propres objectifs de vie qui sont en jeu. On n’est pas obligé de partir à l’autre bout du monde. L’aventure peut être locale même si le voyage reste une expérience  qui permet de mieux se connaitre et d’évaluer ses propres limites. Faire ses choix de vie c’est être en faisant pour avoir. La démarche est complètement différente. Lorsque l’on subit les choix on ne maitrise pas ou peu sa zone d’influence pour s’épanouir. A vous de choisir.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •   

12 comments on “Comment choisir sa vie ?”

  • Super article, j’adore ta thématique ! Personnellement je change de vie à chaque fois que je m’ennuie 😂. Les premières fois étaient effrayante puis je me suis habituée. Faire un travail alimentaire et parfois obligé mais il faut que derrière il y est un projet car c’est trop important de pouvoir s’épanouir au travail.

    • Merci Maeva, hé oui, beaucoup de gens ne comprennent pas que l’on ait envie de quitter un emploi car on s’ennuie car eux-même préfère subir un boulot qu’ils n’aiment pas et les ronge.
      En même temps le système incite à la sédentarité et la sécurité dans le mauvais sens du terme.
      Après, un travail alimentaire reste incontournable pour préparer un projet sur lequel rebondir avec enthousiasme.

      Merci pour ton commentaire.

  • Ouah, je n’ai pas regardé toutes les vidéos, mais il y a des sacrées tranches de vies dans ton article ! La traversée du désert en moto…
    Merci pour ces bons moments et ces réflexions.

  • Merci pour cet article Luc. Des changements de vie, j’en ai fait quelques-uns. Parfois par ambition, parfois pour continuer à apprendre. Mais honnêtement, les plus gros changements sont arrivés par des prises de conscience assez brutales et/ou douloureuses suite à des événements dans ma vie. Car il faut parfois ces événements pour se rendre compte que nous passons à côté de notre vie.

    • Bonjour Sophie,

      C’est souvent le cas, le tout étant de passer le cap d’un événement douloureux pour le transformer en opportunité. C’est la phase la plus difficile et nous ne sommes pas tous égaux concernant la période de deuil nécessaire pour tourner la page. Le changement est toujours perturbant mais c’est une question de perception. Et aussi une question de prise de décision. En tout cas les exemples présentés dans l’article montrent qu’à un moment donné il faut faire le grand saut et le vivre à fond.
      Merci pour ton commentaire.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.