Pédagogie – Sois comme l’eau – Bruce Lee

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi en appliquant des méthodes académiques vous aviez l’impression que ça ne fonctionnait pas ?

Comme pour tout ce qui est académique ce n’est pas la méthode en soi qui n’est pas bonne mais vous devez l’adapter à votre personnalité et profil.

Toutes les méthodes pédagogiques dîtes académique on fait leurs preuves puisqu’elles sont utilisées dans le monde entier.

Ce qui change, c’est la manière dont chaque formateur ou enseignant l’utilise. Faisons une comparaison avec un musicien.

A la base il apprend la guitare par exemple. Il apprend les mêmes techniques que les autres.

Mais ce qui va changer par la suite c’est la façon dont il va jouer. Il va utiliser sa dextérité, sa créativité et tout simplement son style.

Dans les arts martiaux c’est la même chose. Ils sont tous intéressants et ont des avantages et des inconvénients.

Mais pour une même discipline, deux professeurs n’auront pas du tout la même façon d’enseigner.

C’est normal. Ils peuvent avoir tous les deux une très bonne approche pédagogique pour enseigner leur art mais elle sera différente.

C’est ce qu’a fait Bruce Lee pour enseigner ce qu’il finira par appeler le « Jeet Kune Do ».

Il a regroupé un ensemble de techniques qu’il a puisé dans d’autres disciplines pour en faire un art martial à part entière selon sa propre vision.

Cela peut paraitre étrange d’associer Bruce Lee aux méthodes pédagogiques en formation.

Mais c’est qu’il est l’exemple même de comment on peut s’approprier des méthodes d’enseignements différentes pour les assembler et en faire une nouvelle.

Philosophie

Son approche pédagogique se résumait en une seule phrase.

« Sois comme l’eau » (Inspiré de la philosophie de Lao Tzu)

En d’autres termes Bruce Lee considérait l’adaptation comme la clé pour apprendre.

« Vide ton esprit, sois informe. Informe, comme l’eau. Si tu mets de l’eau dans une tasse, elle devient la tasse. Tu mets de l’eau dans une bouteille et elle devient la bouteille. Si tu la mets dans une théière, elle devient la théière. Maintenant, l’eau peut couler ou elle peut écraser ».

C’est en intégrant ces principes qu’il a au fil des années pratiqué plusieurs disciplines pour en extraire certaines techniques et les assembler pour créer sa propre méthode.

Un mot sur le personnage

Bruce Lee (Lee Jun-fan), est né à San Francisco aux États-Unis le 27 novembre 1940 et mort le 20 juillet 1973 à Hong Kong.

Au départ il est un artiste martial. Son talent l’oriente vers une carrière d’acteur. Ensuite il devient réalisateur et producteur comme scénariste sino-américain.

Il a créé son propre art martial le « Jeet Kune Do » et était considéré par ses pairs dans de nombreuses disciplines comme un grand maitre.

Au-delà du cinéma sur les arts martiaux qu’il a révolutionné avec ses performances exceptionnelles, Bruce Lee a également révolutionné l’apprentissage des arts martiaux en ouvrant son école aux occidentaux.

En effet, avant lui les arts martiaux étaient enseignés par les grands maitres seulement à leurs compatriotes.

Les origines de sa formation – Le Wing Chun

A l’âge de treize ans Bruce Lee commence par apprendre le tai-chi-chuan puis le Wing Chun un art martial chinois.

Son professeur est Wong Shun-leung qui enseigne dans la célèbre école du non moins célèbre grand maitre Yip Man, IP Man aujourd’hui mis à l’écran à travers de nombreuses versions.

Les origines du Wing Chun remonteraient au XVII siècle selon une légende qui en attribuerait la pratique à une femme pour se défendre.

Cet art martial s’est pratiqué sous différentes formes mais il a été réellement popularisé par la méthode d’apprentissage de Yip Man et son élève Bruce Lee dans les années soixante.

Le Wing Chun est un art martial chinois traditionnel. Il trouve son origine dans le Sud de la Chine. Il utilise des techniques à mains nues pour le combat rapproché et le maniement d’armes.

Les pratiquants s’entraînent aussi sur un mannequin de bois.

Support pédagogique

Différence entre Kung Fu et Wing Chun

Le terme Kung Fu a été utilisé en occident dans les années soixante-dix pour désigner les arts martiaux chinois dans leur globalité à travers les films d’arts martiaux.

Le Kung Fu peut se pratiquer sous différentes formes et déclinaisons de techniques selon le maitre qui l’enseigne.

En réalité, on parlera plus d’art martial chinois, d’école de pensées et de styles bouddhistes de Shaolin ou Tibétains. Il y en a d’autres.

Ce sont les moines Shaolin qui ont institutionnalisé et popularisé ces arts à travers leurs démonstrations organisées dans le monde entier.

La chronologie de sa vie

Il nait aux Etats Unis mais va vivre à Hong Kong jusqu’à l’âge de 19 ans. Il repart aux USA et s’inscrit dans une université pour suivre des cours de théâtre.

Au milieu des années soixante il crée sa première école pour enseigner le Kung Fu basé essentiellement sur le Wing Chun.

L’élément déclencheur

C’est après avoir gagné difficilement un combat en utilisant essentiellement le Wing Chun qu’il comprend qu’une seule technique le limite considérablement.

De plus, il constate que la condition physique apportée par les entrainements de Wing Chun n’est pas assez satisfaisante à son goût.

Création du Jeet Kune Do

Partant de ce constat, Bruce Lee décide d’étudier d’autres sports de combat pour parfaire ses techniques et surtout leur efficacité face au combat réel.

Pour lui une technique doit être pratique et applicable dans un combat de rue.

Il décide de revoir le Kung Fu traditionnel en y intégrant des techniques venant de plusieurs disciplines.

  • Boxe française,
  • La savate (boxe française)
  • La lutte
  • La boxe anglaise
  • Le judo
  • Le Ju-jitsu
  • La boxe Thaï
  • Le Hapkido
  • L’escrime
  • Le kali
  • La musculation
  • Taekwondo

Il travaille chaque discipline et parfois avec de grands maitres.

Démarche pédagogique

Pour Bruce Lee, le « Jeet Kune Do » devait être plus fluide et rapide que les autres disciplines.

Pour comprendre sa démarche pédagogique on peut prendre comme exemple le karaté. C’est la même chose pour la plupart des autres arts d’ailleurs.

Ce sport de combat est basé sur un enchainement de mouvements qui sont liés les uns aux autres. Le karaté propose des combinaisons de mouvements.

Or, pour Bruce Lee, ces combinaisons ne sont valables et applicables que sur un dojo. C’est-à-dire un lieu ou l’on étudie et s’entraine. Bref, une salle de sport.

Deux Karatékas vont évidemment utiliser les mêmes techniques et utiliser alternativement les mêmes parades puisqu’ils les connaissent et que toutes les techniques sont encadrées par un règlement.

En revanche, dans la rue, un adversaire n’a que faire des règles.

Et pour Bruce Lee dans ce cas de figure, les combinaisons et enchainements sont inapplicables. Il considère que c’est la même chose pour chaque discipline.

Chaque art martial ou sport de combat doit respecter des règles.

Si on prend la boxe française, les coups de pied que l’on appelle les fouettés, doivent être donnés horizontalement que ce soit au niveau de la tête, du bassin ou dans les jambes.

Lors d’un combat entre deux pratiquants qui respectent les mêmes règles ça ne pose pas de problème mais en combat de rue c’est plus compliqué.

C’est en faisant ce constat que Bruce Lee a adapté les gestes et mouvements de plusieurs disciplines pour les rendre applicables dans n’importe quel ordre en fonction de la situation.

Il a pris dans chaque discipline ce qui lui semblait utile et retiré ce qui lui semblait inutile. Chaque geste et mouvement devait être efficace et applicable avec d’autres qui n’ont rien à voir à la base.

Exemple :

En combat rapproché il utilisera la boxe anglaise, la boxe chinoise du Wing Chun ou le Judo.

A mi distance, il utilisera la boxe Thaï ou le Ju-jitsu et à distance les coups de pied de boxe française sans respecter forcément une trajectoire horizontale.

Pour la petite histoire, Bruce Lee s’était même inspiré des sautillements de Mohamed Ali pour ses combats pour avoir plus d’explosivité et tonicité dans ses mouvements.

Bruce Lee écrira même des manuels sur ses différentes méthodes d’apprentissage.

Il a pris des mouvements académiques et les a libéré de leur carcans techniques et des combinaisons dans lesquelles ils étaient enfermés pour pouvoir les utiliser séparément. Le Jeet Kune Do était né.

Théorie – Pratique – Observation – Analyse

Pour aboutir à la création de son art, Bruce Lee a appris la théorie des différentes disciplines, observé leur pratique et les a appliqué après les avoir analysé.

Il a testé tous les mouvements pour trouver comment les enchainer de manière libre et fluide en les assemblant.

Son idée était de pouvoir mettre en pratique un mouvement quand il en avait besoin sans être contraint de l’enchainer avec un autre mouvement initialement prévu.

Pour lui les combinaisons devaient être libres pour être efficaces.

La reconnaissance

C’est en gagnant des combats face à des maitres de plusieurs disciplines que Bruce Lee s’est imposé et a pu faire reconnaitre son art et surtout son approche philosophique.

Car mis à part sa notoriété au cinéma, Bruce Lee a été reconnu en premier lieu par ses pairs pour son savoir-faire, ses techniques et son extraordinaire condition physique.

Par la suite il donnera des cours de Jeet Kune Do à des stagiaires connus comme Steve Mac Queen, James Coburn et même à des pratiquants prestigieux dans leur discipline qui souhaitaient apprendre son art.

Quelques citations

  • Connaître ne suffit pas. Il faut savoir appliquer. La volonté ne suffit pas. Il faut savoir agir.

  • Ne crains pas l’échec. Ce n’est pas l’échec, mais le manque d’ambition qui est un crime. Avec des objectifs élevés, l’échec peut être glorieux.

  • La vie elle-même est ton professeur, et tu es dans un état d’apprentissage permanent.

  • Toute forme de connaissance, au bout du compte, est une connaissance de soi-même.

En résumé

Bruce Lee a inventé dans son domaine une approche pédagogique innovante. Il a eu une réelle démarche de formation en fonction d’objectifs pédagogiques bien précis. Après avoir testé et pratiqué ce qui allait être le contenu de ses formations il les a enseigné.

Il avait une ligne directrice claire et précise du pourquoi et du comment que l’on retrouve dans toute démarche pédagogique.

On voit bien dans cette vidéo comment Chuck Norris utilise des mouvements enchainés  sous forme de combinaisons qui sont toujours identiques.

Alors que Bruce Lee utilise des mouvements en fonction des attaques de son adversaire.

Partager l'article

Je suis Luc Levasseur et depuis 20 ans j'ai moi même appris et appliqué ces techniques dans le monde de l'entreprise. Avec les années, j'ai constaté qu'elles avaient contribué à mon propre développement personnel. Au début, je l'ai fait pour des raisons liées à mon travail mais avec l'expérience et la pratique je me suis aperçu que je les appliquais de manière naturelle même dans ma vie personnelle. Avec ces méthodes j'ai développé mon estime de soi, ma confiance en soi et j'ai appris à m'affirmer sereinement.

Voir tous les articles de →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :