Comment définir son projet étape par étape ?

Pour définir un projet il y a deux approches. Soit on part sur ce qu’on sait faire soit sur ce qu’on aimerait faire.

Dans le premier cas on envisage de faire une activité en fonction de nos compétences ou un métier que l’on connait déjà ou du moins rester dans une même activité en changeant éventuellement de rôle.

Dans le deuxième cas on aspire à un changement radical et on part sur un projet complètement nouveau dans une activité que l’on ne connait pas.

Souvent lorsque l’on souhaite redémarrer sa vie professionnelle, il y a une question que l’on se pose en premier.

Qu’est ce que je pourrai faire ? A ce stade on pense en général à l’activité et non aux compétences que l’on a. C’est normal. On essaie de se projeter dans une nouvelle aventure.

Puis rapidement on commence par lister des activités qui nous intéresseraient. Ensuite on fait le point sur ses propres compétences et celles qu’il faudrait acquérir.

Puis rapidement viennent les questions d’ordre logistique et financières. C’est-à-dire tous les moyens dont nous aurons besoin.

C’est à ce moment là qu’il va falloir se poser les bonnes questions et ne rien oublier tant sur le plan matériel qu’organisationnel.

Quelles étapes ?

Dans cet article je vais voir une approche différente de celle utilisée dans guide qui est plus une méthode pour que les gens mettent en place leur projet sous forme de cahier.

Là, je vais aborder le sujet en commençant par ce qui me semble le plus complexe et décisif pour évaluer un projet.

1ère étape – la logistique et stratégie

A ce stade vous avez trouvé ce que vous souhaitez faire. La première démarche qui n’est pas forcément intuitive mais c’est celle que j’ai toujours utilisé consiste à évaluer la partie logistique. Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est celle qui détermine le niveau de faisabilité et les délais pour être mise en œuvre.

Quand je parle de logistique j’y intègre tous les moyens matériels, techniques et financiers qui vont contribuer à la réalisation d’un projet.

Si je commence par cette partie c’est parce que l’acquisition de compétences ou trouver les ressources en compétences est beaucoup plus simple. Si l’on ne peut pas mettre en place la partie logistique le reste sera inutile car le projet ne pourra pas être réalisé.

Je commencerai donc par lister les besoins suivants :

  • Matériels et équipement
  • Local
  • Stock
  • Licences et droits
  • Accessibilité
  • Outils

Ensuite je déterminerai les délais nécessaires pour l’acquisition de ces moyens et les moyens financiers que cela impliquera.

Une fois cet état des lieux fait cela permet de voir la partie immergée de l’iceberg. C’est-à-dire la partie la plus importante.

C’est avec ces données en main que l’on sait réellement si l’on peut se lancer et avec quel timing.

Evidement il est utile d’avoir une stratégie. C’est-à-dire la manière de procéder pour atteindre l’objectif final étape par étape.

La stratégie permet de savoir comment on va utiliser la logistique. Sans un plan établit dès le départ on ne saura pas dans quel ordre mettre en œuvre la logistique.

Et une logistique non coordonnée est vouée à l’échec.

2ème étape – Se connaitre

Cette étape consiste à connaitre son profil mais également sa personnalité. La différence entre les deux est infime mais notable.

Votre profil c’est ce qui correspond à vos aptitudes et compétences professionnelles. C’est votre cv.

Votre personnalité c’est qui vous êtes intrinsèquement.

Pour le profil la démarche consistera à faire le point entre ce que vous savez faire et ce qu’il faudra apprendre à savoir faire pour réaliser votre projet.

C’est le principe du profil en T qui fait apparaitre vos compétences techniques et transversales.

Le T symbolise en horizontal vos compétences transversales et en vertical vos compétences techniques.

Dans cet exemple on a un profil complet avec des compétences horizontales et verticales. Ici un développeur informatique qui possède des compétences transversales en organisation, management, communication et économie.

Avec ce profil il y a une expertise en développement informatique qui est capable de gérer des projets en mode collaboratif ou délégatif. Une personne avec ce profil qui change radicalement d’activité n’utilisera plus ses compétences techniques mais pourra utiliser ses compétences transversales quelle que soit l’activité.

 

Dans cet exemple on a un profil avec seulement des compétences horizontales dites transversales. Ce profil est souvent rattaché à des postes en charge de gestion de projet qui n’ont pas nécessairement besoin d’avoir la connaissance technique pour le mettre en place.

Dans cet exemple, on a un profil d’expert qui maitrise une compétence technique sans compétences horizontales. Ici on est confronté à un profil d’expert pur. Il aura une grande maitrise dans son domaine d’intervention mais n’aura pas forcément toutes les clés pour travailler en mode projet avec d’autres interlocuteurs ou experts.

Dans d’autres termes on parlera de Soft skills et Hard skills. Les Soft skills représentant les compétences transversales et les Hard skills étant représentées par les compétences techniques.

Dans les Hard skills ont retrouvera les formations qui permettent d’obtenir un diplôme, une certification ou une qualification. Ce sont des compétences qui aboutissent à un métier. Elles sont mesurables.

  • Compétences Métier
  • Diplômes
  • Certification
  • Qualification

Dans les Soft skills ont retrouvera plutôt tout ce qui renvoie à des compétences dîtes sociales ou comportementales.

  • L’autonomie
  • La gestion du temps
  • La gestion du stress
  • La motivation
  • L’audace
  • La négociation
  • L’esprit critique
  • La flexibilité
  • La capacité d’adaptation
  • La résolution de problèmes complexes
  • La créativité
  • Le management
  • L’esprit d’équipe
  • L’intelligence émotionnelle
  • La prise de décision

Dans la personnalité on retrouvera tout se qui nous renvoie aux traits de caractère d’un individu. A ses valeurs, à la manière dont il gère ses émotions avec ses défauts et ses qualités.

Si on reprend le concept de l’Ennéagramme il y a 9 personnalités.

Avec le DISC on a 4 profils

D        pour dominance

I         pour influence

S        pour stable

C        pour consciencieux ou conforme

Il existe bien d’autres méthodes et concept comme celui du MBTI mais l’idée ici est de mettre en évidence la différence entre le profil et la personnalité.

Pourquoi il est important de connaitre sa personnalité ?

Beaucoup de gens pensent se connaitre et ce n’est pas faux dans l’absolue. Mais quand on se lance dans un projet il faut bien comprendre qu’en fonction de notre propre cadre de référence constitué de notre éducation, formation, culture et de nos expériences, nous pouvons être sujets à certaines pensées limitantes.

Ces croyances limitantes seront les sources qui alimenteront nos peurs dans la réalisation d’un projet. C’est pour cette raison que se connaitre est essentiel non pas seulement vis-à-vis de nos traits de caractères mais également selon nos comportements émotionnels. Et surtout en trouver les causes pour les éradiquer lorsqu’elles sont négatives et nous empêchent d’avancer.

Etapes 3 – Pour quels objectifs ?

Que recherche-t-on à travers un changement de vie ? Est-ce la liberté, l’argent, l’autonomie, de pouvoir voyager ou pas mais choisir ses horaires ?

Quel style de vie recherchons nous ?

Je ne sais pas vous mais en ce qui me concerne je vois plus de gens qui ont envie de changer de vie pour avoir un meilleur équilibre entre leur vie personnelle et professionnelle que par simple ambition professionnelle. Après l’un n’empêche pas l’autre. C’est une question de choix.

Pour définir un projet il y a une méthode assez simple et pragmatique que j’utilise personnellement. C’est la méthode Smart.

La méthode SMART comprend cinq indicateurs. Ils sont chacun symbolisés par une lettre pour atteindre un objectif.

Chaque lettre traduit une démarche.

  • Spécifique : L’objectif est clair, précis et compréhensible par tout le monde.
  • Mesurable : L’objectif intègre les notions de quantité, de fréquence ou rythme et un niveau de qualité nécessaire.
  • Ambitieux : L’objectif doit être motivant et nous faire rêver.
  • Réaliste : Sans contredire l’ambition, l’objectif doit être réalisable en fonction de nos capacités et moyens atteignables.
  • Temporellement défini : La notion de temporalité impose des rythmes à tenir pour ne pas laisser l’objectif se diluer dans le temps.

Sans rentrer dans le détail de cette méthode car ce n’est pas le sujet ici il est quand même intéressant d’aborder ces bases car il ne peut y avoir de définition de projet sans objectif.

Un projet c’est un peu comme un navire qui prend la mer. Il part d’un point A et se rend à un point B. A bord il a des ressources pour faire le voyage mais il a surtout fixé un Cap pour savoir où il va.

Pendant le voyage les ressources vont s’épuiser et si l’objectif n’est pas atteint la navigation va être beaucoup plus compliquée pour l’équipage.

Pour un projet c’est la même chose. Et l’objectif c’est ce qui permet de maintenir la visibilité étape par étape. Et la visualisation c’est ce qui entretient la motivation. Et la motivation c’est ce qui entretient l’énergie.

Vous voyez bien que l’objectif est ce qui génère le carburant mental pour réaliser un projet.

En résumé

Un projet sans feuille de route c’est comme partir sans destination précise. Pourquoi pas après tout mais c’est plus incertain quant à la réussite du projet.

On dit qu’il y a des pays qui ont la culture de la logistique et d’autres pas. Dans l’histoire on s’aperçoit rapidement que la logistique a souvent été la clé pour dénouer des situations complexes. Pour les projets c’est la même chose.

A travers mes différentes expériences professionnelles j’ai souvent assisté à ce genre de situations et constaté que négliger l’aspect logistique faisait que les projets avaient peu de chances d’aboutir.

En effet, il ne suffit pas d’avoir une super stratégie s’il n’y a pas les moyens de sa mise en œuvre.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je suis Luc Levasseur et depuis 20 ans j'ai moi même appris et appliqué ces techniques dans le monde de l'entreprise. Avec les années, j'ai constaté qu'elles avaient contribué à mon propre développement personnel. Au début, je l'ai fait pour des raisons liées à mon travail mais avec l'expérience et la pratique je me suis aperçu que je les appliquais de manière naturelle même dans ma vie personnelle. Avec ces méthodes j'ai développé mon estime de soi, ma confiance en soi et j'ai appris à m'affirmer sereinement.

Voir tous les articles de →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :