Comment appliquer le Management directif ?

Avant-propos

Chaque type de management est soumis à des critères qui lui sont propres. Si l’historique décrit l’origine d’un style de management il n’en reste pas moins que plusieurs critères vont influencer son application.

Il n’y a pas de bonne ou mauvaise méthode de management mais une méthode adaptée ou pas à un contexte et un objectif. Il en résulte forcément une prise de décision qui sera d’autant plus pertinente si la bonne méthode est utilisée.

Dans le cas présent, il s’agit de voir en quoi consiste le management directif et comment il se caractérise selon plusieurs critères.

Dans quel contexte appliquer le management directif ?

Le management directif a pour objectif et démarche de faire appliquer une organisation fortement orientée sur les procédures ou la créativité a peu de place et souvent dans des contextes ou la notion d’urgence ne laisse pas ou peu de place à la discussion.

Le management directif, est davantage appliqué par l’administration. Il est souvent considéré comme un management autoritaire.

Ce type de contexte implique que chacun sait ce qu’il doit faire et l’applique selon des directives précises.

Le management directif donne la direction à suivre. Il oriente. Les informations sont transmises sous forme de directives avec peu d’explications.

Le relationnel est faible et l’initiative limitée. Les équipes sont surveillées et soumises à un contrôle permanent.

Les tâches sont répétitives et laissent peu de place à la créativité.

La communication est concentrée sur la transmission des directives et laisse peu de place aux échanges.

Organisation

L’application du management directif se fait dans des organisations avec une structure verticale et pyramidale.

La hiérarchie est la base de l’organisation et chaque niveau détient les pouvoirs qui lui sont attribués pour maintenir ce type d’organisation.

Les directives sont transmises en cascade et chacun doit les appliquer à son niveau.

Culture

La pratique du management directif peu être liée à la culture de l’entreprise ou de l’organisation. C’est historique.

Elle peut être inhérente à l’activité qui ne peut pas fonctionner sans ce mode de management pour des raisons de sécurité et d’activité fortement impactée par la notion d’urgence ou tout simplement parce que l’activité a toujours fonctionné de cette manière.

Elle peut aussi être générationnelle, voir l’article sur le Management Intergénérationnel.

Moyens

Pour l’application de ce mode de management, les ressources seront réparties en fonction des besoins qui donnent les moyens de prise de décision du sommet jusqu’à la base.

Au sommet de la hiérarchie les besoins seront stratégiques et fonctionnels. En descendant dans l’organisation les besoins seront opérationnels et productifs.

Par exemple, au sommet de la hiérarchie les moyens seront plus centrés sur les outils de gestion des informations stratégiques alors qu’à la base les moyens seront plus alloués sur les outils de production.

La gestion des ressources humaines se fait en fonction des compétences nécessaires par niveau lié à la capacité d’autonomie demandée.

Dans tous les cas les moyens seront attribués en fonction de l’autonomie nécessaire pour exécuter les tâches.

Temps

Le temps est un des facteurs qui favorise l’application du management directif. Certaines activités se font en flux tendus et leurs cadences ne permettent pas d’appliquer un autre type de management surtout en situation opérationnelle.

La notion d’urgence est déterminante et pour que l’activité puisse se dérouler dans de bonnes conditions, le management directif peut être une méthode complètement adaptée et pertinente dans ces conditions.

Dans des situations d’urgence les procédures garantissent la régularité d’exécution des tâches et limitent les erreurs dans leurs réalisations. Cela facilite l’application de tâches automatisées et répétées à effectuer dans des délais courts.

Les procédures structurent les tâches et leur timing qui doit être respecté. Cette structure du travail permet d’atténuer le niveau de stress car chacun sait ce qu’il doit faire et comment.

Avec le management directif le manager a plus de facilité pour faire réaliser le travail par ses collaborateurs dans un temps bien défini.

Rôles

Le rôle du manager est de faire appliquer les procédures ou directives sur le plan organisationnel. Son objectif est orienté sur les relations de travail.

Le rôle de chacun est parfaitement déterminé avec ses limites d’intervention dans la chaine hiérarchique.

Les rôles sont attribués selon des critères liés à la connaissance, niveau de formation, à l’ancienneté, niveau d’expérience et capacité à manager des équipes.

Chaque niveau de compétences aura accès à un certain nombre d’informations nécessaires à la réalisation de sa mission au sein de la structure.

La compétence implique une forte autonomie et capacité à prendre des décisions dans ses domaines et niveaux d’intervention.

A son niveau le manager maintient la structure de son organisation et des activités qui y sont liées. Il est responsable du bon fonctionnement de son service et de son équipe.

L’autonomie

L’autonomie dans la prise de décision est parfaitement définie à chaque niveau hiérarchique qui doit faire valider chaque décision lorsqu’elle sort de son champ d’intervention.

Le champ d’autonomie à chaque niveau est bien déterminé et conditionne le fonctionnement de l’organisation globale.

Par définition, le management directif délimite l’autonomie des collaborateurs dans leurs domaines respectifs.

Accès à l’information

L’accès à l’information conditionne également le niveau hiérarchique. Plus ce dernier est important, plus le manager a accès à un nombre d’informations importantes et stratégiques.

Plus on descend dans la hiérarchie plus les informations seront d’ordre fonctionnelles puis opérationnelles.

Le système d’information et de communication étant parfaitement verrouillé par niveau de responsabilité.

Seul, le comment est transmis à l’ensemble de la chaine hiérarchique. Le pourquoi étant réservé à la chaine de commandement.

Décision

La prise de décision est unilatérale à chaque niveau hiérarchique et déterminée par le champ d’intervention défini au préalable.

Elle est toujours descendante.

Les managers appliquent les décisions relatives à leur niveau de compétences pour faire fonctionner leur service et leur équipe.

 

En résumé

Le management directif utilisé à bon escient dans des contextes adaptés a démontré son efficacité en sachant que rien n’empêche de le conjuguer avec d’autres types de management dans une même activité à des moments différents quand la notion d’urgence est moindre et n’impose pas cette rigidité qui parfois peut entrainer à l’inverse certains blocages par manque d’adaptabilité et de souplesse.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.